Pour un programme universel de saine alimentation scolaire au Québec

Cette lettre d’opinion du Collectif québécois de la Coalition pour une saine alimentation scolaire, signée par 61 organismes, institutions et individus, a été publiée dans le quotidien Le Soleil le 15 septembre 2022. La publication est accessible ici.

Tous les enfants ont droit à une alimentation saine et suffisante pour bien apprendre à l’école. Dans les autres pays du G7 comme les États-Unis, l’Allemagne, la France, l’Italie, le Japon et le Royaume-Uni, un programme universel d’alimentation scolaire fait déjà partie de la solution pour assurer ce droit. À ce jour, le Canada n’a pas suivi cette voie, ni le Québec.

Statistique troublante, au Québec, près d’un enfant sur six (15,7 %) vit dans une famille en situation d’insécurité alimentaire et l’augmentation actuelle du prix des aliments n’est pas pour aider la situation.

L’accès à des repas sains est pourtant reconnu comme un facteur déterminant pour la réussite des jeunes. Différentes raisons, socioéconomiques ou autres, peuvent faire en sorte qu’un enfant saute un repas ou ne s’alimente pas adéquatement. Comme société, nous devons tout faire pour y remédier.

C’est pourquoi nous préconisons la mise en place d’un programme d’alimentation scolaire universel pour tous les élèves, sans exception.

Une telle mesure permet aux jeunes d’avoir accès à des repas sains à l’école, là où ils consomment jusqu’à ⅔ de leur apport énergétique quotidien. Le principe de l’universalité est une question d’équité. Il assure qu’aucun élève ne soit lésé dans son droit à l’éducation et à une saine alimentation, et évite la discrimination et la stigmatisation.

Au fédéral, le gouvernement travaille à élaborer sa politique nationale en matière d’alimentation dans les écoles, à la suite d’un engagement électoral d’investir un milliard de dollars sur cinq ans.
Le Québec est déjà en action : la Politique gouvernementale de prévention en santé prévoit des mesures favorisant une saine alimentation et l’éducation alimentaire chez les jeunes, et le ministère de l’Éducation vient d’accroître le financement aux organismes et aux écoles.

Ces actions témoignent d’une reconnaissance de l’importance de l’enjeu par les pouvoirs publics. Mais il faut faire un pas de plus. Au Québec, l’engagement du gouvernement fédéral contribue à créer une formidable opportunité d’agir en leader en définissant notre propre modèle, un réel projet de société qui pourra servir d’inspiration pour le reste du Canada, comme ce fût le cas pour les CPE.

Actuellement, un nombre limité d’enfants bénéficient d’initiatives d’alimentation scolaire qui démontrent déjà toute leur pertinence (AgrÉcoles, Ateliers cinq épices, Club des petits déjeuners, De la ferme à l’école, Écoles enracinées, Écollation, La Cantine pour tous, La Tablée des chefs, Pour des aliments québécois dans nos écoles, etc.). Sur ces bases, il est déjà possible de construire le programme universel dont nous rêvons pour nos enfants.

 

• Un programme qui accorde une place de choix aux aliments sains, locaux et écoresponsables, en adéquation avec la Stratégie nationale d’achat d’aliments québécois et le Plan d’agriculture durable du Québec.

• Un programme favorisant le développement économique des régions, de l’agriculture et le respect de l’environnement.

• Un programme contribuant à enrichir le tissu social des communautés et à bâtir un système alimentaire durable et résilient.

• Un programme intégrant un volet d’éducation alimentaire et culinaire, pour jeter les bases nécessaires à l’adoption de saines habitudes de vie.

 

Il s’agit d’un projet bénéfique pour l’ensemble de la société, que nous pouvons dès à présent embrasser collectivement. La campagne électorale offre une occasion de mettre le gouvernail dans cette direction. Nous demandons donc à tous les partis et candidats de s’engager à travailler au déploiement d’un programme universel de saine alimentation scolaire au Québec.

Tout comme l’éducation, l’accès à une alimentation saine et durable doit être considéré comme un bien public et un droit inaliénable. ll est grand temps de se distinguer au Québec en donnant à nos enfants ce que bien des pays ont déjà donné aux leurs.

Signataires

  • AgrÉcoles, Julia Grenier, directrice générale
  • Ana Bautista et Katarina Radovanovic, cofondatrices de Neo Collège
  • Association pour la santé publique du Québec, Thomas Bastien, directeur général
  • Association québécoise de la garde scolaire, Diane Miron, directrice générale
  • Bernard-Simon Leclerc, professeur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal
  • Buffet accès emploi, Darllie Pierre-Louis, directrice générale
  • Carrefour solidaire centre communautaire d’alimentation, Beccah Frasier, codirectrice générale
  • Centraide du Grand Montréal, Claude Pinard, président et directeur général
  • Centre d’entraide du Marigot, André Gariépy, directeur général
  • Chantier de l’économie sociale, Béatrice Alain, directrice générale
  • Club des petits déjeuners, Marie-Claude Bienvenue, v.-p., affaires gouvernementales, Québec, et affaires municipales
  • Coalition montréalaise des Tables de quartier, Yves Bellavance, coordonnateur
  • Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids), Corinne Voyer, directrice
  • Collectif La DAL Collective, Dimitri Espérance, cofondateur et directeur général
  • Conseil du Système alimentaire montréalais, Anne-Marie Aubert, coordonnatrice
  • Coop Chambord, Éric Audy, directeur général
  • Coopérative pour l’Agriculture de Proximité Écologique (CAPÉ)
  • ÉquiLibre, Roxanne Léonard, directrice générale
  • Équiterre, Colleen Thorpe, directrice générale
  • Fédération autonome de l’enseignement, Mélanie Hubert, présidente et Patrick Bydal, vice-président à la vie politique
  • Fédération des comités de parents du Québec, Kevin Roy, président
  • Fondation Cœur + AVC, Carl Julien, CFRE, v.-p. principal, Québec
  • Fondation Lucie et André Chagnon
  • Fourchettes de l’espoir, Brunilda Reyes, fondatrice et directrice
  • J’M Love Nutrition, Mélissa Larivière, Dt.P – nutritionniste
  • Karl Polanyi Institute of Political Economy (Université Concordia), Marguerite Mendell, directrice
  • La Cantine pour tous, Thibaud Liné, directeur général
  • La Corbeille Bordeaux-Cartierville, Donald Boisvert, directeur général
  • La Cuisine collective Hochelaga-Maisonneuve, Benoist de Peyrelongue, directeur général
  • La Grande table, Ginette Valcourt, directrice générale
  • La Maisonnette des parents, Dolly Kendarji, directrice générale
  • La Rencontre de Ste-Marguerite, Lyne Charuest, directrice générale
  • La Tablée des Chefs, Jean-François Archambault, directeur général et fondateur
  • Le Centre éducatif communautaire René-Goupil (CECRG), Nathalie Prieur, directrice générale
  • Le Chic Resto Pop, Laurianne Labonté, directrice des programmes
  • Le Collectif québécois de la Coalition pour une saine alimentation scolaire, Danie Martin, coordinatrice
  • Le Dépôt, Tasha Lackman, directrice générale
  • Le Garde-Manger Pour Tous, Ghislaine Théorêt, directrice générale
  • Le Groupe PART, Martine Thomas, directrice générale
  • Le Pignon Bleu, Roseline Roussel, directrice générale
  • Le Réseau pour une alimentation durable, Kristina Craig, Secrétaire du CA
  • Le Sésame, Stéphane Tremblay, directeur général
  • Le Traiteur BIS, Danny Belley, directeur général
  • Les Ateliers cinq épices, Mélanie Veillette, directrice générale
  • Miss Mav, la fée des petits gourmands!, Aurore Robert-Mavounia, directrice générale
  • MultiCaf, Jean-Sébastien Patrice, directeur général
  • Nancy Neamtan, ex PDG du Chantier de l’économie sociale
  • Nutrimini, Mélanie Magnan, nutritionniste en pédiatrie
  • Nutritionnistes en pédiatrie, Cosette Gergès, nutritionniste-diététiste et cofondatrice
  • Partageons l’espoir, Julie Poirier, directrice des programmes en sécurité alimentaire
  • Petites Mains, Nahid Aboumansour, directrice générale
  • Racine pop – Root Pop, Claudia Perez-Lévesque, présidente
  • Resto Plateau, Audrey Mougenot, directrice générale
  • Salmata Ouedraogo, professeure titulaire au département des sciences économiques et administratives de l’Université du Québec à Chicoutimi
  • Santropol Roulant, Pier Liné, directeur général
  • Table de Quartier Sud de l’Ouest-de-l’île, Alena Ziuleva, directrice
  • Toujours ensemble, Melissa Bellerose, directrice générale
  • Union des producteurs agricoles (UPA), Martin Caron, président général
  • Vincent van Schendel, ex DG du TIESS (Territoires innovants en économie sociale et solidaire)
  • Yvan Gauthier, PDG de la Fondation du Grand Montréal de 2013 à 2020